Content

Présidence allemande du G20

Une fructueuse conférence du G20 organisée à Berlin soutient un nouveau partenariat avec l’Afrique


Minister of Finance Wolfgang Schäuble, Federal Chancellor Angela Merkel and Development Minister Gerd Müller at the conference "G20 Africa Partnership – Investing in a Common Future" in Berlin / Le ministre des Finances Wolfgang Schäuble, la chancelière fédérale Angela Merkel et le ministre du Développement, Gerd Müller, lors de la conférence "Partenariat Afrique du G20 - Investir dans un avenir commun" à Berlin

14.06.2017 |

Berlin – A près de trois semaines du sommet du G20 à Hambourg, l’Afrique a figuré pour la première fois au premier plan de l’agenda du G20. Neuf chefs d’Etat et de gouvernements africains, de nombreux ministres ainsi que les chefs de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international et de la Banque africaine de développement ont discuté avec la Chancelière fédérale allemande Angela Merkel, le Ministre fédéral des Finances Wolfgang Schäuble et le Ministre fédéral de la Coopération économique et du Développement Gerd Müller.

Les discussions ont porté sur des questions cruciales pour l’avenir du continent et de l’organisation d’un nouveau partenariat entre les 20 pays industrialisés et émergents les plus importants et l’Afrique. Outre des initiatives concrètes en matière de développement visant à promouvoir l’emploi des jeunes en milieu rural et l’éducation numérique pour les filles, l’initiative dite « Compact with Africa » constitue un élément-clé de ce partenariat. Il y va de partenariats pour les investissements avec des pays africains disposés à engager des réformes. L’objectif est d’améliorer les conditions-cadre afin d’encourager les investissements privés, en créant ainsi des perspectives d’emploi. Trois pays bénéficiant de l´initiative « Compact with Africa » s´engagent par ailleurs dans des partenariats de réforme avec l’Allemagne : en marge de la conférence, le Ministre fédéral du Développement M. Müller a signé des déclarations d’intention avec la Tunisie, le Ghana et la Côte d’Ivoire. Le Sénégal, le Rwanda, le Maroc et l’Éthiopie feront également partie du « Compact ».

Gerd Müller précise : « L’Afrique a besoin d’emplois pour sa jeune génération. Pour y arriver, nous avons besoin de plus d’investissements privés. Dans notre coopération, nous miserons à l’avenir davantage sur les Etats les plus réformateurs. Ceux qui luttent avec succès contre la corruption et s’engagent en faveur des droits humains et de la sécurité juridique bénéficieront d’un soutien accru. »

La deuxième journée était consacrée, entre autres, à des ateliers spécialisés sur les sujets du climat et de l’énergie, de l’éducation numérique et du développement. Par ailleurs, l’Académie internationale pour les enquêtes en matière de fraude fiscale a été lancée dans le cadre de « l’Africa Opportunities Forum ». L’Académie, qui est soutenue également par le Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement, proposera une formation continue aux agents fiscaux africains, leur permettant dorénavant de combattre plus efficacement les fraudes fiscales. En outre, il y a eu des discussions et échanges interactifs sur les sujets du commerce, de la responsabilité fiscale, des transferts de fonds et des possibilités d’emplois ainsi qu’un échange d’expériences avec de jeunes entrepreneurs africains (africaXchanger).

Shortlink for this press release

More information

BMZ press service

Media representatives can register here for the BMZ e-mail list for journalists.

BMZ glossary

Close window

 

Share page